Montseveroux

logo du site
  • Montseveroux
  • Montseveroux
  • Montseveroux
  • Montseveroux
  • Montseveroux
  • Montseveroux
  • Montseveroux
  • Montseveroux

Accueil du site > Commune > Patrimoine - Religieux

Patrimoine - Religieux

egEglise paroissiale Saint-Martin.

Eglise du Xlle siècle, agrandie en 1862, restaurée en 1985-1986.
Nef simple de trois travées, transept, abside semi-circulaire. Toiture en lauzes. Construction en moellons de molasse et en briques, chaînages d’angle en molasse. Nef couverte d’une charpente, transept à deux berceaux et coupole, abside à cul de four, arc triomphal porté par deux colonnes engagées maçonnées en molasse rose à chapiteaux de feuillages très dégradés. Façade ouest percée d’un portail en plein cintre à deux rouleaux et impostes moulurées (XVlle siècle ?) et un oculus. Petite fenêtre étroite en plein cintre, probablement ancienne, en façade nord. Transept et abside percés de fenêtres trilobées et épaulés d’épais contreforts.

inPeintures murales des XVIe et XVlle siècles, dégagées lors de travaux de restauration en 1986. Fragment de litre funéraire, bande noire que l’on peignait pour les funérailles de personnages importants, à armoiries écartelées identifiées comme celles d’un membre de la famille de Buffevent, datant des années 1620. Autre fragment avec un décor d’arcades, de rinceaux et une fausse fenêtre, oiseaux voletant dans une coupole sur fond de ciel ; la présence de bleu de cobalt dont la découverte remonte à l’année 1777 permet de dater ce décor du troisième quart du XVllle siècle Inscription votive de Jean de Bourgoin. Encastrée dans le mur ouest du transept depuis 1985.
Transcription de l’inscription par Allmer et Terrebasse : "L’an du seigneur 1326, le 19 juin, mourut Dom Jean de Bourgoin, curé de l’église de Montseveroux, qui donna à ladite église un ténement, joignant d’un côté les fossés dudit lieu, et de l’autre le chemin de la fontaine ; de plus, la maison qu’il habitait, avec le jardin contigu, sis jouxte le vingtain dudit lieu pour lesdites choses être tenues par ses successeurs ; à la condition toutefois qu’ils entretiennent perpétuellement une torche de cire pendant l’Elévation du Corps du Christ, qu’ils convoquent annuellement treize prêtres pour l’anniversaire de son décès, et qu’ils donnent à chacun un tournoi d’argent afin de célébrer des messes pour le repos de son âme et âme de ses prédécesseurs".
Abside et transept (à l’exclusion du clocher) inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1979.

malAncienne maladrerie.

La partie logis et le cloître appartiennent à M. Claude Thierry. La porte cochère et l’ancien passage voûté appartiennent au centre socioculturel.
Des vestiges subsistent à l’ouest de l’église. Logis à deux niveaux et combles, toit à quatre pans, construction en moellons de molasse, chaînages d’angle en molasse. Façade sud percée de plusieurs fenêtres à croisées lisses, fenêtre à traverse à chanfrein et congé, porte en molasse à agrafe à la clef, fronton triangulaire interrompu, traces d’un cadran solaire dont il ne subsiste que le style.

En façade ouest, fenêtre à double croisées lisses. Cloître partiellement conservé : quatre arcades en brique surmontées d’une galerie à piliers en molasse. Donnant sur la place du château, porte cochère en arc surbaissé en molasse, à clef ornée de feuilles de chêne et fronton triangulaire interrompu, chasse roues, vantaux en bois cloutés. Cette porte ouvre sur un passage autrefois doté de deux voûtes. L’ensemble des vestiges date probablement du XVlle siècle.
Histoire : En 1383, Hugues de la Tour reçut des lettres patentes de Charles VI pour une foire à Saint-Sulpice et en retour les moines devaient entretenir la maladrerie de Montseveroux. En 1696, les hospices, maladreries et aumôneries de la région, y compris Montseveroux, furent réunis pour former l’hôpital Luzy-Dufeillant à Beaurepaire.

cr1Croix de chemins.

cr2

La commune comptait encore treize croix vers 1965, il n’en reste que sept aujourd’hui, dont certaines ont été remplacées.
- au bord de la D37a, à l’extrémité nord du village : croix en bois, sur un socle en molasse portant l’inscription
"o crux ave / 18 ?3"
- au nord du village : croix en bois
- au croisement de la D46b et de la D37a : croix en bois
- croix en bois proximité entrée du village
- croix en bois aux "Roberts".
- aux "Chevrots", propriété Jourdan : croix en bois
- au croisement de la D37 et du chemin du Moulin : croix en bois



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF